7/10Baron

/ Critique - écrit par Guillaume, le 18/08/2007
Notre verdict : 7/10 - Bas Rond Croix Carré Haut (Ecrivez votre critique)

Tags : baron france commune saint titre francais lot

Baron, à défaut de nous faire rêver à un univers de chevalier, sait nous entraîner sur les chemins de la stratégie.

Etre chevalier, ça semble sympa... On tire des bouts de cartons hexagonaux que l'on pose sur la table afin de former un plateau de jeu. Ainsi, on construit un terrain plus ou moins riche en ressources naturelles...

Mais très vite, on a envie d'aller plus loin. Alors, on décide de fabriquer un donjon au coeur de la plaine, histoire d'avoir un logis et, pourquoi pas, se préparer aux combats.

Un donjon, c'est cependant relativement petit, et c'est donc tout naturellement que l'on décide de l'aménager histoire de profiter des ressources naturelles que nous, ou les autres joueurs, avons placées précédemment. On transforme alors son château en baronnie.

Si aucun donjon ou baronnie n'a été établi dans le coin, on monte tranquillement sa baronnie et on récolte les points de ressources adjacentes. Dans le cas contraire, il faut se battre. Sus à l'ennemi ! Celui qui dispose du maximum de ressources près de sa tour, mais sans être communes à d'autres châteaux l'emporte. Le baron qui perd son fief abandonne quelques points. Simple et efficace.

Tout le challenge de Baron va consister à positionner avec stratégie et tactique les hexagones qui forment le terrain de jeu. Lors des premières parties, on est un peu désorienté et il est difficile de savoir quoi faire, comment, dans quel ordre. Par la suite, on élabore de véritables stratégies, plusieurs coups à l'avance. C'est d'ailleurs seulement à partir de ce moment là qu'on apprécie au mieux le jeu.

Les mécanismes du jeu sont bien huilés, rendant le jeu très souple, mais réduisant en même temps l'ambiance. En effet, on pourrait s'attendre à un peu plus de bravoure et de hauts faits d'armes pour un jeu de chevaliers. Ainsi on est davantage en face d'un jeu d'échecs se jouant à plus de deux joueurs, que face à un jeu de chevalier, de combats, de joutes comme on pourrait le penser au premier abord. Mais est-ce vraiment un mal ?