10/10Puerto Rico

/ Critique - écrit par Aen, le 25/06/2007
Notre verdict : 10/10 - Si tu vas à Ricooo (Ecrivez votre critique)

Tags : rico porto national park etats city juan

Puerto Rico est tout simplement l'un des meilleurs jeux de stratégie-gestion de ces dernières années.

Puerto Rico, un lieu ensoleillé où travaillent les colons pour construire la ville la plus prospère possible. Pour le compte d'un notable : vous, qui tente de créer la ville la plus avancée, la plus prestigieuse. Nous voici en présence d'un jeu de gestion à n'en pas douter. Mais pas n'importe lequel : derrière l'apparence sobre de sa boîte (pour ne pas dire moche), se cache un jeu de stratégie d'une très grande qualité.

D'ailleurs, lorsqu'on ouvre le coffret, force est de constater que le matériel fourni est de qualité, voire même carrément beau. Cette surprise fait déjà plaisir, et la multitude de pions, les plateaux de jeu individuels augurent le meilleur.

Après une lecture de règles un peu longue (12 pages tout de même, mais assez compréhensibles), on attaque la partie. Chaque joueur incarne un notable, avec pour but de créer la plus belle ville possible. Entendez par belle qu'elle doit posséder une économie puissante mais également des bâtiments prestigieux. Pour représenter sa ville, chaque joueur prend un plateau de jeu joliment illustré, sur lequel on distingue : un port (San Juan), des cases pour les productions de ressources, et des cases pour y placer les bâtiments construits.

Le contenu de la boîte, aussi pratique que beau.
Le contenu de la boîte, aussi pratique que beau.
Le principe de Puerto Rico est ensuite assez simple : l'objectif est de gagner un maximum de points de victoire. Ces points s'accumulent en envoyant des produits finis en Europe, produits finis créés par des bâtiments industriels qui transforment les matières premières, lesquelles sont créées dans les plantations. Ces matières premières étant le maïs, l'indigo, le sucre, le tabac et le café. Chacun des éléments de la chaîne n'étant créés que s'il y a des colons pour s'occuper de la production. Lesquels arrivent à chaque tour en fonction de la demande de main d'œuvre, mais pratiquement toujours en nombre insuffisant pour permettre de mettre toutes les constructions en marche.

Ensuite viennent les rôles : à chaque tour de jeu, les joueurs choisissent un rôle, qui définit une phase. Ainsi, si un joueur prend le bâtisseur, chaque joueur peut construire un bâtiment, le joueur ayant pris ce rôle ayant en plus un avantage sur les constructions. Les rôles vont du chercheur d'or qui ne sert qu'à récupérer un peu d'argent, à l'armateur qui s'occupe de charger les denrées sur les navires pour l'Europe. Une fois que chaque joueur a pris un rôle, ils sont tous remis au milieu et un nouveau tour commence.

En plus des bâtiments de transformation des matières premières, on trouve des bâtiments qui permettent d'obtenir des avantages divers : vendre des matières plus chères au marchand, stocker des ressources, pouvoir affréter un navire personnel pour l'Europe, gagner plus de points de victoire d'une manière ou d'une autre. Chaque élément de Puerto Rico (bâtiments, matières premières, plantations, colons) étant en nombre limité, les stratégies pour obtenir quelque chose avant son épuisement (temporaire pour les matières premières, définitif pour le reste) sont au cœur de la stratégie.

Puerto Rico est un jeu vraiment réussi, qui permet de nombreuses stratégies différentes pour gagner, où les parties ne se ressemblent pas, et qui est aussi intéressant à 5 qu'à 2. Une perle rare, donc, et notre seul conseil sera le suivant : allez vite y jouer !